les musulmanes

forum d'échanges islamiques entre femmes
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 <<Comme chaque jour, il est [...]>>

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
*muslima01*
Fondatrice


Nombre de messages : 784
localisation : o1*
musulmane : hamdouLLAH oui
profession : étudiante
Date d'inscription : 09/10/2005

MessageSujet: <<Comme chaque jour, il est [...]>>   Dim Déc 25 2005, 23:44

Comme chaque jour, il est sorti de la maison à 8h15. Comme chaque jour, ta mère le regarda s’éloigner, admirant ce petit bout de bonheur, son petit bout de
bonheur. C’était le dernier de la famille. Autant dire qu’il était choyé. Il portait sa veste bleue, celle que tu lui as offerte. Comme chaque jour, il s’arrêta chez la boulangère pour la saluer.

Tout à l’heure, en rentrant à la maison, tu as retrouvé sa chambre: froide, son lit: vide, pleine de ses rires, de ses larmes, de ses joies et de ses peines. Ton soleil s’est éteint. L’hirondelle qui faisait le printemps à la maison a migré vers l’autre monde, happée par la haine. Quelques grammes de plomb ont
suffi pour emporter 1 m 30 de malice, 30 kilos d’innocence et 8 ans de ta vie. Huit années qui ne seront plus qu’un souvenir. Ton frère aurait pu devenir ton ami, ton compagnon. Il ne sera que passé. Te souvenir et pleurer. Tu pleures et cries ta rage. Tu veux fermer la porte de la réalité, celle qui t’a pris de court, qui ne t’a même pas consulté. Tu veux rester là, seul, assis sur cette chaise, dans cette pièce vide, où gisent les restes d’une présence désormais lointaine. Dans ta tête : le néant total. Rien, plus rien. On t’a enlevé ton frère. Tu l’aimais tant. Il est mort. Mort. Mort. Mort. Il est parti, ce matin. Un de ces matins qui se ressemblent, un de ces matins où, au détour d’une allée, il rencontrait ses camarades écoliers, chahutant les uns les autres, et rejoignait dans l’insouciance les bancs de l’école.
Tu ne le reverras plus. Même en tes rêves, il te fuira. Tu l’imagines derrière la porte. Il s’avance pas à pas. Il n’a pas fait quelques mètres que
d’horribles cris t’arrachent à ta torpeur, et te figent totalement. Tu es d’autant plus effrayé que cette voix te paraît familière. Pris de bouffées de chaleur, tu tentes néanmoins de te reprendre. Les hurlements se rapprochent
et t’affligent. A cet instant, c’est en toi que résonne cette voix. Toutes ces lamentations, toutes ces plaintes, tous ces cris. Tu les connais. Ce sont les tiens. Mais pourquoi aujourd’hui ? Pourquoi lui ? Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ?
Tu vacilles. On se rapproche de toi. Tes jambes tremblent. Tu sens sa présence. La sueur t’aveugle. Il est là. Tu titubes. A sa vue, tu t’écroules soudainement et éclate en sanglots. Tu pleures de n’avoir pu le sauver. Les genoux à terre, le front à même le sol, tu gémis. Tu ne peux rien dire. Les phrases se bousculent dans ta tête. Les mots n’arrivent pas à ta bouche. Mais tes yeux sont assez éloquents. On y lit la douleur, les remords et l’émoi. Mais il est trop tard. Son petit frère est mort. Car le tien est toujours là. Lui vivait à Naplouse, Ramallah, Beit Jala ou Gaza. Toi tu es à Paris, Lille, Lyon ou Marseille. Tu n’es pas coupable, c’est vrai. Tu n’as pas tiré. Mais dans cette balle, il n ’y avait pas que du plomb. Dans cette balle, il y avait ton indifférence.
Son petit frère est mort.

Et ne dites pas de ceux qui sont tués dans le sentier d'Allah qu'ils sont morts. Au contraire ils sont vivants, mais vous en êtes inconscients. (S2.V154)


Si tu penses nécessaire de diffuser ce texte, diffuse-le
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
<<Comme chaque jour, il est [...]>>
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» la blague du jour
» Traduction pour tatouage svp
» Pouvoir nourrir un animal abandonné seulement en cliquant...
» Couches lavables TE3
» Taille du ventre qui varie...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les musulmanes :: Histoires-
Sauter vers: